Vous êtes ici:

Philippe Courard - PS - Bientôt une carte "Handipass"

Évaluer cet élément
(0 Votes)

C'est un des projets très concrets du secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées. Philippe Courard veut aussi instaurer le guichet unique – revendication du secteur.

Pas simple, quand on est parent d'un enfant autiste, fils d'une mère cérébro-lésée ou soi-même porteur de handicap, de savoir à quelle porte frapper pour obtenir une information, un conseil, une aide dans ce pays compliqué où les compétences relatives au handicap sont éclatées entre Etat fédéral, Régions et Communautés. Pas moins de huit ministres sont concernés : Eliane Tillieux (PS), pour la Région wallonne; Jo Vandeurzen (CD&V) et Pascal Smet (SP.A) pour la Flandre; Evelyne Huytebroeck (Ecolo), Brigitte Grouwels (CD&V) et Bruno De Lille (Groen), pour Bruxelles-Capitale; Harald Mollers pour la Communauté germanophone et le secrétaire d'Etat à la Politique des handicapés, Philippe Courard (PS) pour l'étage fédéral !

Autant dire qu'une politique cohérente doit absolument être transversale. Raison pour laquelle Philippe Courard a pris l'initiative de réunir, mardi, la première conférence interministérielle au sujet des personnes handicapées depuis la formation du gouvernement Papillon. "Je vois mon rôle comme celui d'un médiateur et d'un sensibilisateur permanent à la condition de la personne handicapée." Le secrétaire d'Etat a mis hier sur la table deux sujets très concrets.

1La carte "Handipass". "La création de cette carte, qui en est à ses prémices, relève d'une volonté d'intégration concrète des personnes handicapées. Il s'agit de permettre aux intéressés de disposer d'une carte qui atteste de leur handicap et que les personnes pourront choisir de faire valoir, ou non, selon les circonstances. Cette carte 'Handipass' leur donnera accès à diverses compensations, comme des réductions dans les transports en commun, des accès privilégiés à des concerts, au cinéma et à d'autres événements culturels Elle s'inscrit d'ailleurs dans la philosophie de libre circulation des citoyens qui fait aussi son chemin au niveau européen", poursuit Philippe Courard.

2Le guichet unique. "L'éclatement des compétences et les différentes réglementations existantes selon les niveaux de pouvoir amènent parfois à des situations regrettables où certaines personnes handicapées passent à côté de leurs droits", relève le secrétaire d'Etat. "Beaucoup ne savent pas à qui s'adresser. Un guichet unique d'informations intégrées aidera les personnes et les organisations à trouver des réponses que ce soit pour la délivrance des allocations, l'accès à l'emploi, à une formation, aux transports Ce guichet unique est une demande récurrente du secteur du handicap qui me semble bien légitime et fondée." Comment concrétiser ce guichet unique ? "Il faudra discuter avec chaque ministre pour envisager la répartition géographique acceptable. On doit aussi faire le point avec les organismes locaux pour bénéficier des endroits qui existent déjà." Autre idée de Philippe Courard : "Il faut peut-être aussi imaginer une personne ressource qui se déplace vers une personne handicapée ou une institution : c'est parfois plus efficace que de demander à quelqu'un qui a des problèmes de mobilité de prendre deux trains et un bus pour avoir des informations. On ne pourra pas faire du porte-à-porte mais mon seul souci, c'est de mener la meilleure politique possible pour rendre service aux personnes."

Pour Philippe Courard, ces conférences interministérielles sont des outils indispensables pour travailler de concert entre les différents niveaux de pouvoir. Il s'agit aussi de poursuivre des chantiers déjà entamés comme la grande dépendance, et en particulier la prise en charge des personnes cérébro-lésées et polyhandicapées.

L'intermodalité en matière de mobilité est également une priorité : "Comment permettre qu'une personne handicapée puisse se rendre du point A au point B en empruntant divers transports en commun si nécessaire avec un maximum d'autonomie mais sans que cela nécessite une organisation démesurée ?"

Philippe Courard réclame aussi des vraies statistiques sur les personnes handicapées. "On n'a pas de vision d'ensemble. Il est difficile dans ce contexte de définir des objectifs."

Le secrétaire d'Etat veut encore concrétiser le statut promis pour les aidants proches dans la déclaration gouvernementale. "On est en train d'établir la définition avec les associations du secteur. On peut raisonnablement imaginer que ce sera fait d'ici la fin de l'année. Il s'agira ensuite de régler, avant la fin de la législature, j'espère, la question des droits de ces aidants proches. On doit imaginer une couverture sociale pour ces parents qui s'occupent de leur enfant handicapé en fin de vie. Les mois et les années qu'ils lui consacrent doivent pouvoir être comptabilisés pour la pension. Et, le cas échéant, ils ne peuvent pas être menacés d'exclusion du chômage." Imaginable, dans le contexte budgétaire actuel ? "Quand une famille prend en charge son enfant autiste, avec une aide extérieure, c'est moins coûteux que de subventionner une institution et beaucoup moins coûteux que de financer une hospitalisation dans une clinique psychiatrique. Je suis convaincu qu'on peut changer de politique sans nécessairement augmenter globalement les coûts publics, même si ce ne sont pas forcément les mêmes caisses qui interviennent." Des glissements qui nécessitent forcément une concertation entre les politiques concernés.

La conférence interministérielle a approuvé hier les différentes propositions de Philippe Courard; des groupes de travail ont été mis sur pied.

Informations supplémentaires

Lu 8557 fois
Connectez-vous pour commenter

Copyright © Observatoire Handicap et Politique 2018 - http://www.obshp.be

Template by Joomla Themes & Projektowanie