Vous êtes ici: Travail politique En application - travaux / études sur le terrain du handicap Ecolo - Accessibilité du vote et de la lecture des informations y référant

Ecolo - Accessibilité du vote et de la lecture des informations y référant

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Emmanuela Scauri, Mercredi, 14 mars 2012

Matinée de formation à l'attention des candidats aux prochaines élections communales afin de les sensibiliser à la problématique de l'accès aux élections pour les personnes handicapées et plus généralement à mobilité réduite.

Ce mercredi 14 mars, La plate-forme Communale d'intégration de la Personne Handicapée de La Louvière organisait, en collaboration avec la Ville et le CPAS de La Louvière, le Conseil Consultatif louviérois des aînés, l'AWIPH et l'asbl Passe-Muraille une matinée de formation à l'attention des candidats aux prochaines élections communales afin de les sensibiliser à la problématique de l'accès aux élections pour les personnes handicapées et plus généralement à mobilité réduite.

De nombreuses personnes ont une représentation mentale négative du handicap et une certaine appréhension à aborder les personnes handicapées. Par peur de mal faire, elles préfèrent, à tort, ne pas rentrer en contact avec elles. Or, la personne handicapée est une personne à part entière qui a le droit de vote. Sa particularité – malentendant, malvoyant, personne à mobilité réduite, etc. - fait toutefois qu'elle éprouve des difficultés à avoir accès à l'information nécessaire pour se forger sa propre opinion (sites non adaptés aux malvoyants, lieux de rencontres et de débats non accessibles aux personnes à mobilité réduite, ne pas disposer d'un programme électoral facilement lisible, rédigé en « version facile » pour les personnes qui présentent une défiance intellectuelle, etc.).

Tous ces éléments sont à prendre en compte pour pouvoir communiquer efficacement envers ces publics. De même, au moment du vote, des aménagements notamment pour les personnes à mobilité réduite doivent être prévus afin qu'elles puissent exercer leur droit avec un maximum d'autonomie.

Dans les faits, le statut de la personne handicapée comme étant un citoyen à part entière et donc, un consommateur, a été reconnu officiellement très tardivement avec une première disposition traduite dans les textes législatifs en 1975. Toutefois, les avancées au niveau législatif sont encore timides. Le cadre légal ne reconnaît en effet que quelques formes d'handicap.

Aujourd'hui, 13% de la population est officiellement reconnue en situation d'handicap en Belgique. Parmi celle-ci, 5 à 7% sont encore mobiles et possèdent une certaine autonomie. Toutes ces catégories de personnes ne sont pas à négliger car elles sont face aux mêmes besoins et aux mêmes attentes que tout citoyen. Concrètement, en chiffres, cela représente 450 000 malentendants dont 40 000 sourds profonds, 450 000 malvoyants dont 20 000 aveugles, 220 000 déficients moteurs dont 6 000 en chaise roulante au quotidien, hormis les maisons de retraite et les Institutions pour personnes handicapées. Enfin, on distingue encore 340 000 déficients intellectuels dont 85% d'entre eux sont considérés comme déficients légers.

En outre, il faut également tenir compte que 37% de la population est considérée en Belgique comme personne à mobilité réduite. On considère comme personne à mobilité réduite, toute personne en chaise roulante mais également toute personne éprouvant des difficultés à se déplacer. C'est notamment le cas pour les personnes âgées.

Actuellement, le cadre légal qui régit les règles sur la participation de la personne handicapée dans le processus électoral est prévu dans la déclaration universelle des droits de l'homme à l'art. 1e, 2 et 21, la convention de l'ONU relative aux droits de la personne handicapée ainsi qu'au Code de la démocratie locale, art. L 4133-1 et L 4133-2. Ces règles prévoient les droits et les modalités de participation aux élections en tant que votant ou candidat. Par contre, aucune disposition légale n'est prévue pour garantir l'information à la personne handicapée en amont des élections.

En conclusion, quelques outils pour rendre l'information accessible existent mais l'accès à l'information reste pour encore un trop grand nombre d'entre eux assez problématique. C'est pourquoi, une bonne communication est essentielle pour éviter que par méconnaissance, la personne handicapée et/ou à mobilité réduite en arrive à refuser son droit de vote. Une bonne communication est donc garante de la démocratie et de l'intégration de ces personnes dans la société.

Informations supplémentaires

Lu 11190 fois
Connectez-vous pour commenter

Copyright © Observatoire Handicap et Politique 2018 - http://www.obshp.be

Template by Joomla Themes & Projektowanie