Vous êtes ici: Travail politique Question et propositions de nos politiciens concernant le handicap Annick Saudoyer - PS - Question écrite sur la plongée adaptée

Annick Saudoyer - PS - Question écrite sur la plongée adaptée

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Si ce n'est pas toujours facile, de nombreuses personnes handicapées n'hésitent pas à pratiquer l'un ou l'autre sport leur étant à priori inaccessible. C'est le cas, notamment, de la plongée. A Namur, par exemple, il existe un club de plongée adaptée...

Voici la question écrite posée à M. André Antoine, Vice-Président et Ministre du Budget, des Finances et des Sports, intitulée « Plongée adaptée ». Vous trouverez également la réponse écrite de M. Antoine.

Malgré les soucis rencontrés au quotidien, de nombreuses personnes souffrant d'un handicap n'hésitent pas à pratiquer l'un ou l'autre sport leur étant à priori inaccessible avec énormément de plaisir.

La plongée, par exemple, est un sport relativement dangereux. Ça n'empêche pas certaines personnes handicapées de le pratiquer, pas seulement en piscine mais aussi en mer ! Avec à la clé un délicieux sentiment de légèreté.

J'ai découvert, un peu par hasard, l'existence du club de plongée adaptée se situant à Namur. Dans ce club pas comme les autres, des personnes tétraplégiques, souffrant de polio ou ayant une partie du corps inerte à la suite d'un accident ont la possibilité de découvrir, généralement avec joie, les plaisirs de la plongée ! Cette pratique permet à certains de se sentir comme tout le monde, tandis que d'autres parviennent à devenir complètement autonomes sous l'eau, ce qui représente souvent pour eux une magnifique victoire sur le mal qui les ronge.

Voici mes questions:

Monsieur le Ministre, trouve-t-on chez nous d'autres clubs de plongée adaptée comme celui établi à Namur ?

La discipline est-elle également proposée dans d'autres villes ?

Quel est le succès de ces séances de plongée réservées aux personnes handicapées ?

La demande est-elle croissante ?

Vos services interviennent-ils d'une façon ou d'une autre pour soutenir ce type d'activité particulière ? Si oui, dans quelle mesure ?

handidive-1

Réponse de M. André Antoine, Vice-Président et Ministre du Budget, des Finances et des Sports.

Je suis convaincu du rôle indéniable du sport dans le développement physique, psychique mais aussi dans l'intégration sociale et culturelle de tous et particulièrement de la personne porteuse de handicap qu'il soit mental, physique mais aussi social.

Cet aspect rejoint le pôle humaniste de ma vision sportive au service de tous, et fait partie de la Déclaration de Politique Communautaire.

Plutôt que de créer des clubs spécifiques regroupant les sportifs porteurs de handicap, il s'avère intéressant de les intégrer dans les clubs locaux, proches de leur milieu de vie favorisant ainsi leur intégration.

Ce constat guide progressivement les fédérations dans leurs démarches d'ouverture et de développement. C'est le cas de la ligue francophone d'activités subaquatiques confrontée régulièrement à des demandes en ce sens pour la plongée adaptée.

Ce sont ces demandes qui ont motivé la Ligue à créer une commission de plongée adaptée officiellement reconnue lors de l'AG du 21 mars 2010.

Le développement de la plongée adaptée est donc tout récent. La commission a tenu à poser les jalons indispensables à un développement cohérent et sécurisé de cette activité.

La première étape a concerné la formation des moniteurs de plongée aux aspects spécifiques liés aux personnes handicapées physiquement dans un premier temps mais aussi tout récemment, mentalement.

Un module spécifique est désormais proposé dans les formations afin de permettre d'encadrer ce type de public de manière optimale.

Dix huit clubs sur cent vingt sept affiliés à la Ligue ont un moniteur formé à la pratique de la plongée adaptée. Actuellement, une centaine de moniteurs sont en cours de formation.

Ces clubs peuvent donner un enseignement de qualité délivré par des moniteurs des plus compétents, et permettent aux personnes porteuses de handicap de faire partie d'une fédération de plongée « normale » comme toute personne valide.

Pour plonger au sein de la Lifras, la personne moins valide, tout comme le sportif valide, devra fournir un certificat médical mais « adapté » complété par son médecin traitant. En cas de doute, ce dernier pourra se renseigner auprès du médecin de la commission médicale de la Ligue pour avoir toutes les informations nécessaires.

Par ailleurs, la Ligue a également adapté les brevets de plongée pour délivrer aux pratiquants un brevet de plongée adaptée, reconnu au niveau international par la CMAS (confédération mondiale des activités subaquatiques), permettant de plonger à travers le monde.

L'investissement des clubs pour accueillir ce public différent, n'est pas très important en termes de matériel sportif. En effet, les plongeurs à mobilité réduite plongent avec l'équipement traditionnel (combinaison, stab, bouteille...), une légère adaptation étant parfois nécessaire. À titre d'exemple : pour les paraplégiques, on remplacera les palmes par des gants palmés.

L'expérience montre que la plupart des plongeurs moins valides ont une grande autonomie. Ils mettront éventuellement un peu plus de temps pour s'équiper et parfois un petit coup de main sera le bienvenu.

Le plus grand investissement réside dans le nombre de personnes présentes pour accompagner la plongée puisque pour chaque handiplongeur, un à deux accompagnateurs sont nécessaires.

Le club « EPN » de Namur accueille une vingtaine de plongeurs pour des séances de plongée adaptée. Cette discipline est en développement et l'ouverture des clubs est progressive et parallèle à la formation des moniteurs.

Actuellement, les clubs de plongée qui organisent des séances :

À Aubange, le club « EASA ».

À La Louvière, le club « CHASA ».

À Mons, le « NEMO ».

À Liège, le « CLAS » et le « RCAE ».

À Bruxelles, plusieurs clubs se réunissent pour prévoir des heures d'accueil des personnes demandeuses et les orienter adéquatement.

Je n'ai jusqu'à présent pas été sollicité dans le cadre du développement de la pratique de la plongée adaptée qui s'inscrit dans le processus de développement de la Ligue francophone d'activités subaquatiques reconnue comme fédération sportive de loisirs et subventionnée à ce titre par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Je ne manquerai pas d'être attentif au développement de cette activité pour la personne porteuse de handicap.

Informations supplémentaires

Lu 8246 fois
Connectez-vous pour commenter

Copyright © Observatoire Handicap et Politique 2018 - http://www.obshp.be

Template by Joomla Themes & Projektowanie